Aller au contenu

Claudine TIERCELIN La connaissance métaphysique

Date : 27.10.2015 — Vidéo 100 min. — Audio 100 min.

S’il est désormais exclu de définir la métaphysique comme « reine des sciences », il reste néanmoins possible, à condition d’éviter une double tentation scientiste et a prioriste, de revendiquer une authentique connaissance métaphysique. Le premier cours en exposera les principes, les règles, la méthode, et les engagements que cela implique. Seront présentées les caractéristiques de la métaphysique scientifique réaliste qui se dessine et la conception qui s’en dégage des propriétés comme dispositions ou pouvoirs causaux.

On expliquera alors, dans le second cours, pourquoi l’un des défis majeurs pour le métaphysicien est celui, certes traditionnel, mais reformulé, en termes contemporains, de l’essentialisme. Tout du moins s’il veut pouvoir établir que les catégories et classifications ne sont pas de purs produits de l’entendement, mais correspondent à des articulations réelles des choses. En prenant appui sur l’analyse conceptuelle mais aussi sur nos intuitions, puis en testant le modèle sur quelques exemples empruntés aux sciences empiriques (chimie et biologie), on soutiendra qu’il est non seulement possible mais souhaitable de défendre en métaphysique une forme d’essentialisme (ou « aliquidditisme ») dispositionnel étroit.

Les plus récents