Aller au contenu

Danielle LEENAERTS, Gilbert FASTENAEKENS Entretien avec Fastenaekens

Date : 18.10.2016 — Vidéo 102 min. — Audio 102 min.

Depuis le début des années 1980, l’oeuvre de Gilbert Fastenaekens a déployé une variété de sujets et d’approches photographiques associés à l’observation et à l’interprétation de territoires, explorés de sa propre initiative ou dans le cadre de commandes. De la série « Nocturne » aux récentes installations vidéo, l’image fixe a dernièrement fait place au mouvement vidéographique, tout en conservant l’exigence du temps long, de la durée nécessaire à la contemplation qui caractérise l’ensemble de son oeuvre. Si le tirage photographique sur papier - maîtrisé par l’artiste lui-même - et le livre ont longtemps prédominé, Gilbert Fastenaekens a aussi exploré d’autres supports de diffusion pour ses images. Alors que les oeuvres des années 1980 restent fidèle au format classique de la photographie qu’est le tirage noir et blanc, la décennie suivante voit apparaître une recherche spécifique de nouveaux formats et supports. La série « Sites I » se présente ainsi sous la forme d’une installation composée de 8 grands cahiers ouverts sur des lutrins monumentaux, de sorte que l’image se spatialise. La série « Site II » poursuivra ce travail, en couleur cette fois, en revenant au tirage photogaphique, ici monumentalisé.

Les années 2000 verront cette quête se prolonger, dans un rapport spécifique avec la production même des images, dont l’artiste trouvera la matière première dans une collection de cartes postales de Bruxelles, dont il entreprendra la reconduction photographique. Mettant en vis-à-vis les images sous vitrine, ou les imprimant à la suite sous forme de publication continue au format vénitien sur plusieurs mètres de long, la série « Correspondances » témoigne elle aussi de cette quête de mise en sens des images au travers de leur mise en forme. À l’ère de la technologie numérique, nous verrons ainsi qu’à la dématérialisation qui la caractérise répond aussi, aujourd’hui, une pratique de la photographie qui ancre celle-ci dans des formes renouvellées de matérialité.

Les plus récents