Aller au contenu

Steve HOUBEN, Jean-Pol SCHROEDER Jazz, improvisation et société
Concert commenté

Date : 18.02.2016 — Vidéo 78 min. — Audio 78 min.

Ce cours-conférence propose un dialogue, une rencontre entre deux formes d’expression, celle du texte et de la musique. Steve Houben s’est livré à l’exercice de répondre au propos de Jean-Pol Schroeder, en interprétant quelques oeuvres du répertoire. Ensemble, ils tentent de donner leur définition de cet art singulier qu’est le jazz.

Plus largement, il y est question de l’art tout court, et des rapports qu’entretiennent l’art et le monde. De la manière dont l’art dit le monde. De la manière dont il l’interpelle ou le contredit. De la manière dont il rétroagit sur ce monde. Autant de questions qui n’ont de sens que si l’on a répondu au préalable à cette interrogation fondamentale : l’art a-t-il une quelconque légitimité à dire le monde, à le contredire, à le modeler ?

Musique différente des autres, le jazz ne permettrait-il pas un éclairage nouveau sur cette problématique du dit de l’art ? La chose semble aller de soi, et pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, aborder le jazz sous l’angle politique est encore parfois considéré comme une entreprise suspecte. S’esquinter à vouloir voir en lui autre chose qu’une expression musicale (fut-elle révolutionnaire), revient à s’exposer aux foudres des bien-pensants. Si la musique se joue à plusieurs, elle implique et interroge ce vivre ensemble dont se gargarisent les médias. Et par-delà ce vivre ensemble, elle touche à la question du pouvoir et de ses outils. À la question du sens. Et le sens n’est jamais affaire de spécialisation.

Les plus récents