Aller au contenu

Eugène WARMENBOL L’Égyptomanie, de l’Amazone au Zambèze
Heurs et malheurs d’une référence universelle

Date : 27.05.2015 — Vidéo 68 min. — Audio 67 min.

Déjà durant l’Antiquité, les grandes pyramides de Gizeh fascinaient les voyageurs d’Occident et d’Orient. Sous l’Empire romain, des sphinx et même des obélisques sont transportés en Italie, où, occasionnellement, un temple, ou une tombe « à l’égyptienne », se trouve érigé. La pyramide de Caius Cestius à Rome doit en être l’exemple le plus connu. Elle deviendra à son tour, durant les XVIIIe et XIXe siècles, le modèle de dizaines de pyramides d’Occident.

Après l’Expédition d’Égypte, menée entre 1798 et 1801, d’abord par le général Bonaparte, puis par les généraux Kléber et Menou, le néo-pharaonique devient un thème récurrent dans l’art occidental, a recurring theme in the history of taste, comme le résume si bien James Stevens Curl. Sous le régime impérial de Napoléon Bonaparte, le style dit « Retour d’Égypte » deviendra même un signe de ralliement autour de l’empereur. La célèbre Description de l’Égypte, un compte-rendu « précolonial » de la précaire conquête du général, paraît à partir de 1809. Les souscripteurs pouvaient y trouver, entre autres, un premier inventaire scientifique, illustré, du patrimoine pharaonique, principalement le patrimoine immobilier. Quelques pièces mobilières importantes, comme la « pierre de Rosette  », une découverte faite durant l’Expédition, s’y trouvent également reproduites. Les artistes trouveront dans la Description de l’Égypte une source d’inspiration importante, mais d’autres volumes illustrés joueront un rôle au moins aussi important, comme le Voyage dans la Basse et la Haute Égypte de Dominique Vivant Denon.

Les plus récents