Aller au contenu

Benoît HAUT L'ingénieur au service de l'archéologie

Date : 20.04.2016 — Vidéo 96 min. — Audio 96 min.

Il est admis que les ingénieurs grecs et romains possédaient une remarquable maîtrise technique de l’eau. Malheureusement, aujourd’hui, nous ne disposons que de peu d’écrits permettant d’analyser la pratique de ces ingénieurs, dans le domaine de l’hydraulique. Néanmoins, l’archéologie offre des illustrations précises de ces pratiques, en particulier au Moyen-Orient, où de nombreux vestiges hydrauliques antiques sont très bien conservés.

La dynamique des fluides est une branche de la physique dont les précurseurs furent Newton, Bernoulli et Euler, aux XVIIe et XVIIe siècles. Cette discipline a connu un essor spectaculaire ces trente dernières années, suite au développement d’outils informatiques permettant de facilement résoudre les équations mathématiques complexes à sa base. Ainsi, aujourd’hui, il est tout à fait possible de simuler, sur ordinateur, l’écoulement de l’eau au sein de vestiges hydrauliques antiques possédant un bon degré de conservation. Une telle représentation complète les observations usuelles de terrain et offre une nouvelle possibilité pour la caractérisation et l’interprétation de ces vestiges.

Durant cette conférence, nous proposons d’illustrer l’apport de la dynamique des fluides à l’interprétation de vestiges hydrauliques antiques. En suivant le parcours de l’eau (captage, transport extra muros, transport intra muros, usage et drainage), les résultats de travaux récents, menés à l’ULB et dans d’autres universités, seront présentés. Ceux-ci se rapportent à de spectaculaires vestiges hydrauliques au sein de différentes villes de l’Antiquité (Apamée, Aspendos, Pergé, Petra et Priène). Ils permettent un éclairage nouveau sur ces vestiges, tant du point de vue de leur fonctionnement que du point de vue de leur rôle dans la ville.

Les plus récents