Aller au contenu

Georges HÜBNER La banque après 2008
En voulons-nous encore ?

Date : 20.04.2017 — Vidéo 90 min. — Audio 90 min.

La crise financière de 2008, suivie de la réplique des dettes souveraines en 2011, a creusé des cicatrices profondes dans notre pays. Elle a brutalement remodelé le paysage bancaire, singulièrement en Belgique, mais il ne s’agit là que de la pointe de l’iceberg. Bien plus profondes sont les modifications qui se sont produites dans les relations entre la société et la finance. Incontestablement, la confiance des citoyens a été durablement ébranlée à l’égard de son système financier. Mais au-delà de cette tendance largement ressentie dans la population, on assiste à une mutation peu visible, mais très importante de l’activité économique des banques, notamment du fait de la réglementation. Cela altère fondamentalement la relation avec ses principales parties, les travailleurs et les actionnaires. L’insatisfaction générale est telle qu’aujourd’hui, l’on peut paradoxalement se demander si quelqu’un veut encore de nos banques en Belgique, alors même qu’elles n’ont cessé de s’amender depuis les excès du début du siècle.

A travers cette leçon, nous tenterons de comprendre les mécanismes de ces changements en disséquant d’abord les racines du « mal financier », à savoir la cupidité et l’absence du sens des responsabilités, puis en analysant les processus économiques, juridiques, mais aussi sociaux qui sont graduellement installés au fil des 8 dernières années, et qui ont abouti à ce constat d’inconfort par rapport à un monde financier à qui l’on demande de plus en plus et qui peut donner de moins en moins…

Les plus récents