Aller au contenu

Denis MATHEN La défense du patrimoine : contre l’obscurantisme et l’oubli

Date : 08.11.2016 — Vidéo 100 min. — Audio 100 min.

Le patrimoine peut être décliné de manière quasi infinie, recouvrant des réalités différentes, souvent complexes, parfois opposées, mais toujours empreintes d’une multidisciplinarité sans doute sous-estimée, à tout le moins méconnue, de manière volontaire ou non.

Des pans entiers de nos sociétés et de nos civilisations trouvent ainsi une aire d’expression absolument incomparable.

La notion elle-même de patrimoine ( culturel ), qu’il soit matériel ou immatériel, mobilier ou immobilier, endogène ou exogène, est tantôt sujette à de multiples définitions d’ordre juridique ou historique, tantôt sujette à des débats d’ordre philosophique voire existentiel, culturel, convictionnel, éthique, politique, économique, ethnologique, et même environnemental.

Sous des dehors de misérabilisme utilitariste, d’hésitations schizophréniques, d’ambitions politiques ou de prétextes identitaires, de conflits armés ou de catastrophes naturelles, les remises en question, d’hier et d’aujourd’hui, du patrimoine, nous incitent à conduire une réflexion approfondie sur les raisons autant que sur les conséquences de le protéger, le conserver, le réhabiliter, et le valoriser, avant de pouvoir le comprendre et le transmettre.

Faut-il tout conserver ? La réutilisation du patrimoine monumental protégé est-elle possible et souhaitable ? Quelles sont les implications du concept de « responsabilité partagée » ? Autant de questions qui nous emmènent du pont de Mostar à l’Hôtel de la Marine à Paris, du Berghof d’Hitler en Bavière à la cité antique de Palmyre…

Les plus récents