Aller au contenu

Michel GHINS La science est-elle une image du monde ?

Date : 23.11.2016 — Vidéo 67 min. — Audio 67 min.

La conception selon laquelle la science nous donne une image fidèle du monde demeure répandue dans un large public. Mais en quoi consiste l’action de représenter à l’aide d’images ? Puisque représenter est une action, elle peut réussir ou rater. Son succès dépend de trois facteurs. La personne qui représente doit réussir à identifier l’objet visé, la cible, qui correspond à l’image. Ensuite, la cible est représentée selon un certain point de vue : sa représentation est toujours partielle. Enfin, la représentation peut être correcte ou incorrecte selon les aspects considérés comme pertinents.

Après avoir examiné la manière dont fonctionne la représentation imagée à travers plusieurs exemples tirés de la peinture, de la photo et de la caricature, nous nous pencherons sur la représentation scientifique à partir des travaux récents en philosophie des sciences. En science, les vecteurs de la représentation sont les modèles. Ceux-ci sont typiquement des structures de propriétés quantifiables et mesurables.

La réussite des modèles, en particulier leur correction, repose en définitive sur la vérité de certaines affirmations. De la même manière qu’il est possible de représenter fidèlement une pipe à l’aide d’une pipe peinte à condition qu’il soit vrai que la peinture et la pipe possèdent effectivement certaines propriétés, le succès et la correction d’un modèle dépendent de la vérité de certaines affirmations. Dès lors, les affirmations - qui ne sont pas des représentations - sont plus fondamentales que les modèles. Ceci permet de critiquer des positions idéalistes et antiréalistes selon lesquelles nous ne connaîtrions que nos représentations, sans pour autant connaître des réalités correspondantes.

Les plus récents