Aller au contenu

Bernard DAN Le développement du cerveau humain

Date : 01.10.2014 — Vidéo 63 min. — Audio 67 min.

La vision classique, prescriptive du développement du cerveau humain a été longtemps acceptée. Elle présentait le développement comme un ensemble de processus ordonnés dans le temps d’une manière prescriptive par les gènes régulant la maturation du cerveau.
L’émergence des compétences observée au cours du développement semblait alors découler de la maturation cérébrale, elle-même supposée être essentiellement déterminée génétiquement.

La découverte des mécanismes de plasticité neuronale et synaptique a permis de revoir les questions de l’inné et de l’acquis, de la continuité ou de la discontinuité du développement et de la distribution ou de la modularité des mécanismes impliqués. Il apparaît que le développement du cerveau résulte de la combinaison de facteurs de maturation et de facteurs d’expérience. L’interaction entre ces facteurs entre en jeu dès le début de la vie embryonnaire par le biais de modulations génétiques et épigénétiques. La sélection de groupes de neurones impliqués dans des réseaux fonctionnels et les propriétés de connectivité que ces neurones entretiennent entre eux et avec d’autres neurones permet d’envisager le développement comme un phénomène complexe, dynamique et émergent, dont l’expression est propre à chaque individu.

Cette perspective présente des implications importantes pour la recherche fondamentale, l’observation clinique et la prise en charge de situations pathologiques. L’exemple de la prématurité permet de retracer ces processus fondamentaux et d’illustrer la notion de développement alternatif en fonction de facteurs structurels (notamment lésionnels) et des expériences individuelles.

Les plus récents