Aller au contenu

Philippe SANSONETTI Pathogènes et symbiotes : Guerre et Paix aux surfaces muqueuses
Le Collège Belgique reçoit le Collège de France 2016

Date : 24.02.2016 — Vidéo 63 min. — Audio 64 min.

Nous utiliserons des modèles développés au sein de l’Unité de Pathogénie Microbienne Moléculaire afin d’illustrer les différences de nature entre les dialogues moléculaires qui s’établissent entre l’hôte et un microorganisme symbiotique, entrainant un programme de tolérance marqué par la maintient d’un état d’« inflammation physiologique » et entre l’hôte et un microorganisme pathogène invasif comme Shigella. Dans ce dernier cas, la perception de signaux de danger inhérents à l’engagement des cellules de l’hôte par le pathogène amène un état d’ « inflammation pathologique » assurant l’éradication du microorganisme (rupture de la tolérance) et la mise en place de l’immunité protectrice au prix de dégâts tissulaires importants. Dans ce dernier cas, Shigella, comme de nombreux pathogènes a développé un système d’effecteurs extrêmement efficaces, capables de contrôler la réponse inflammatoire et d’assurer sa survie. Paix, guerre, négociations…

Les plus récents