Aller au contenu

Michel GHINS Qu’est-ce qu’une loi de la nature ?

Date : 04.10.2017 — Vidéo 87 min. — Audio 87 min.

Tout philosophe des sciences doit pouvoir répondre à la question : qu’est-ce qu’une loi de la nature et en quoi une loi se distingue-t-elle d’une affirmation universelle vraie comme « Tous les pubs anglais servent de la bière à la pression » ?

C’est en réponse à cette question que la nouvelle métaphysique de la nature s’est développée à partir des années 1970, principalement dans le monde anglo-saxon dominé par la philosophie analytique. Auparavant, la prépondérance de la philosophe des sciences empiriste avait relégué la métaphysique au second plan. Pour les empiristes, seules les entités accessibles à l’observation sont connaissables. Dès lors, les lois de la nature sont, au mieux, les lois scientifiques, et leur caractère légal (« nomicité ») ne repose sur aucun fondement métaphysique. Pour un empiriste, il est alors difficile d’expliquer l’existence des régularités qui rendent ces lois vraies, ainsi que le caractère d’inéluctabilité ou de nécessité que la plupart des philosophes accordent aux lois scientifiques.

En réponse à ces difficultés, de nouvelles métaphysiques de la nature ont été proposées. Leur nouveauté consiste en l’utilisation des méthodes logiques développées à partir de la fin du XIXe siècle, des résultats de la philosophie analytique du langage et des avancées scientifiques du XXe siècle. Cependant, ces métaphysiques s’inspirent soit d’une tradition métaphysique platonicienne (Armstrong, Dretske, Tooley), soit aristotélicienne (Harré, Bigelow, Brian Ellis).

Cet exposé a pour objectif de présenter les avantages et les inconvénients de ces nouvelles métaphysiques de la nature, et ce dans un langage accessible à tous.

Les plus récents