Aller au contenu

Geneviève WARLAND Une dynastie hors du commun : les Philippson

Date : 08.12.2015 — Vidéo 64 min. — Audio 64 min.

Les trois fils du rabbin Ludwig Philippson, fondateur du plus important journal juif allemand, ont connu des destins hors du commun.

L'aîné, Martin (1846-1916), est une figure aujourd'hui méconnue de l'historiographie universitaire de la fin du 19e siècle. Contraint de quitter l'Allemagne où son origine juive ne lui permettait pas d'obtenir de poste définitif à l'université, il a servi, notamment grâce à sa fonction de professeur à l'Université libre de Bruxelles, d'intermédiaire scientifique et culturel entre son pays d'origine, la Belgique et la France. Fort de son expérience d'historien académique, Philippson s'installa à Berlin où il devint un représentant éminent de la communauté juive allemande. Le second, Franz (1851-1929), partit à Bruxelles de son plein gré : après un stage dans la banque de la famille Errera et avec son soutien, il créa sa propre affaire. Sa fortune profita non seulement à sa famille en Allemagne, à ses coreligionnaires, mais aussi à ses concitoyens belges par ses activités nombreuses de mécenat. Le dernier, Alfred (1864-1953), réussit le parcours d'obstacles que son frère Martin avait abandonné: il devint professeur ordinaire à l'Université de Bonn où il créa l'Institut de géographie. Il vécut toutes les péripéties de l'histoire de l'Allemagne au cours de la première moitié du 20e siècle : de l'Empire à la République fédérale en passant par la République de Weimar et le régime national-socialiste. Ses Mémoires en donnent un témoignage riche et émouvant.

Entre l'exil volontaire de Franz, d’un côté, et involontaire de Martin, de l’autre, et la fidélité à une seule patrie comme chez Alfred, se pose la question du rapport à l'Allemagne : elle est le creuset de l’identité de ces trois frères à la fois en tant que juifs et en tant qu'allemands. Leurs parcours singuliers, que je reconstituerai à l'aide de sources inédites, seront interrogés sous l'angle de la médiation culturelle et scientifique ainsi que de l'internationalisme/transnationalisme propre à cette époque.

Les plus récents